dimanche 24 septembre 2017

Catvrix !

Les Gaulois, avant de devenir un peuple de râleurs professionnels, étaient un peuple de guerriers farouches (et sans doute un peu râleurs aussi). Parmi les divinités celtiques alors vénérées ou redoutées figurait Caturix (Catu = bataille, rix=roi), assimilé au grec Ares ou au romain Mars ; et c'est lui qu'évoque Eluveitie, parmi d'autres divinités, sur son dernier album acoustique en date, Evocation II: Pantheon, consacré, comme son nom le suggère, à la mythologie celtique.


Extrait de cet album intégralement chanté en Gaulois (saluons la performance!), voici donc la vidéo officielle de Catvrix, troisième titre, très incantatoire, à en être extrait, après Epona et Lvgvs (voir ci-dessous). Ça change, et personnellement j'aime beaucoup. Les paroles traduites en anglais un peu plus contemporain sont disponibles ici.




Cet album marque également quelques changements de line-up au sein du groupe, notamment le départ de la vocaliste-flûtiste-vielliste Anna Murphy (partie fonder Cellar Darling) et son remplacement par Fabienne Erni pour assurer le chant et la harpe, entre autres.

Musicalement plus classique, voici Lvgvs, évoquant le dieu des arts:



Toujours issu du même album, voici Epona, du nom de la déesse cavalière :



À voir également, l'intégralité de la prestation du groupe au Summer Breeze Festival 2017. Et remercions la télé allemande de nous proposer ce dont la pauvre télé française sera je pense à jamais incapable!

dimanche 18 juin 2017

Richard Dawkins : pour un athéisme militant

Richard Dawkins, en 2010
Voici la vidéo d'une conférence qui date un peu (2008), mais qui est plus que jamais d'actualité, par Richard Dawkins, célèbre biologiste britannique, conférence donnée dans le cadre des rencontres organisées par le groupe TED.

Il y défend comme à son habitude sa vision rationnelle du monde, par opposition à toutes les formes de croyances aveugles, mais son message est plus particulièrement adressé aux athées convaincus mais qui constituent malgré tout une majorité, ou au moins une grande minorité, incroyablement silencieuse.

L'athéisme est, il est vrai, vu comme quelque chose de tabou dans nos sociétés. Se déclarer athée, c'est accepter d'être vu comme un ennemi par beaucoup de tenants des religions (dont certains particulièrement violents évidemment) et suspecté automatiquement des pires intentions - alors que la plupart du temps le pire ne vient pas de la raison ! C'est même passible de mort dans beaucoup de pays arriérés. Il est socialement plus sécurisant de se dire agnostique ou « laïc ». Pourtant, si j'affirme quelque chose (voir la théière de Russel), c'est bien à moi de prouver ce que je dis et non aux autres de prouver le contraire...

Une grande partie de son intervention concerne la situation politique aux États Unis où un ancien président avait même déclaré que les athées ne pouvaient pas être des citoyens comme les autres. Là, des groupes de pression religieux acquièrent un pouvoir politique démesuré sans qu'à l'opposé aucun groupe n'ose revendiquer son athéisme et s'organiser pour faire entendre la voix de la science et de la raison.

Petite citation (source: http://atheisme.free.fr/Contributions/Atheisme_usa.htm):
Sherman : Que comptez vous faire pour obtenir les voix des citoyens des Etats-Unis qui ne croient pas en Dieu, les athées ?
Bush : Je n’aime pas beaucoup la communauté athée. Croire en Dieu est quelque chose d’important pour moi.
Sherman : Mais vous êtes d’accord que les athées ont les mêmes droits et sont tout autant des patriotes que les autres citoyens de ce pays ?
Bush : Non, à mon avis les athées ne devraient pas être considérés comme des citoyens de ce pays, on ne devrait pas non plus les considérer comme étant des patriotes qui aiment leur pays, notre credo national le dit clairement, nous sommes une nation soumise à Dieu.
Sherman (un peu surpris) : Et est ce que vous êtes d’accord avec le principe constitutionnel de séparation de l’église et de l’Etat ?
Bush : Oui, je ne soutiens pas une religion unique. Je suis tout à fait pour la séparation de l’église et de l’état. C’est juste que je n’aime pas les athées.
Source : Talibans in USA : pour George Bush Sr., les athées ne sont pas des citoyens américains.

Il faut à tout prix sortir du tabou et s'engager dans un athéisme militant et oser l'irrespect des croyances - pas des personnes - qu'on veut nous imposer soit directement soit indirectement par l'autocensure. À cet égard, Richard Dawkins juge et j'en suis d'accord qu'il est important que les athées fassent connaître ouvertement leur position.



C'est une vidéo très drôle - voir le passage où il établit la corrélation statistique entre niveau d'éducation et athéisme et observe l'impossibilité d'accéder à des responsabilités politiques aux USA si on ne revendique pas ses croyances religieuses (sauf être capable de mentir à ce propos) : la conclusion est que le système écarte les personnes à la fois intelligentes et honnêtes.

C'est aussi et surtout une intervention qui fait réfléchir et elle vaut bien qu'on y passe 30 minutes en ces temps troublés !

Dans un registre un peu moins militant, c'est également lui qui intervient sur le dernier album en date (2015) de Nightwish, Endless Forms Most Beautiful (citation de Darwin), pour les parties narratives de Shudder Before The Beautiful et The Greatest Show On Earth. L'album tout entier était centré sur la théorie de l'évolution des espèces.

dimanche 21 mai 2017

R.I.P. Chris Cornell

On a appris cette semaine le décès de Chris Cornell, musicien de son état, très connu pour avoir été le chanteur-guitariste des pionniers du mouvement grunge Soundgarden jusqu'en 1997. C'est notamment à lui qu'on doit le célèbre Black Hole Sun (album Superunknown, vidéo ci-dessous), titre délicieusement torturé sorti en 1994. Soundgarden s'était reformé en 2010 et avait publié un nouvel album en 2012.

Chris Cornell avait également poursuivi sa carrière en solo et aussi avec Audioslave.



R.E.P.

vendredi 19 mai 2017

Ghost : Cirice

Je ne résiste pas au plaisir de partager le clip officiel de Cirice, single extrait du troisième album de Ghost, Meliora, sorti en 2015.


Chef d’œuvre du genre à mon avis, ce clip est fortement inspirée par le Carrie de Stephen King. On y retrouve bien sûr Papa Emeritus II sous les traits d'un jeune garçon, accompagné des célèbres Nameless Ghouls, interprétant la chanson lors d'un spectacle de fin d'année de son école... et une petite héroïne qui se fâche un peu à la fin.

Un coup à filer la chair de poule à Miss Boutin... Personnellement j'adore !

samedi 29 avril 2017

Ultra Vomit : Panzer Surprise !

Ultra Vomit a sorti hier 28 avril son 4ème album studio, Panzer Surprise !, plus de 9 ans après le précédent Objectif Thunes (2008) où figuraient déjà des morceaux de bravoure tels ce Je collectionne des canards (vivants).

  1. Entooned
  2. Kammthaar
  3. Un chien géant
  4. Takoyaki
  5. Super sexe
  6. Hyper sexe
  7. La bouillie I
  8. E-TRON (digital caca)
  9. Le train fantôme
  10. Calojira
  11. La bouillie II
  12. Jésus
  13. Anthracte
  14. Keken
  15. La bouillie III
  16. Noël
  17. Pink Pantera
  18. La ch'nille
  19. La bouillie IV
  20. Batman vs. Predator
  21. Pipi vs. caca
  22. Evier metal
Alors comme d'hab on y retrouve tout ce qui a fait le succès du quatuor nantais, avec une série de 22 titres plus parodiques que jamais (liste ci-contre), avec d'énormes clins d’œil et hommages vers des groupes plus ou moins mythiques tels que Rammstein (Kammthaar) ou encore Gojira, AC/DC (magnifique adaptation gospel de Thunderstruck dans ce "Jésus" !) et Pantera. Un peu d'humour pipicaca aussi, obligé.

Je les avais vus sur scène au RaismesFest 2009 et j'espère que j'en aurai de nouveau l'occasion !

L'album est en écoute intégrale gratos notamment sur deezer et sans doute ailleurs. Ci-dessous le teaser. Imparable !





Ultra Vomit: The Renouvellement of... par Daryuss

samedi 7 janvier 2017

Adoptons une nouvelle démarche !

Qui n'a jamais été étonné, agacé ou amusé de cette expression, fréquente au demeurant notamment en milieu professionnel ?

Nous allons adopter une nouvelle démarche... et pour ce faire je cède la place aux spécialistes, les Monty Python, avec leur sketch culte The Ministry of Silly Walks !


...et bonne année à tous !

dimanche 13 novembre 2016

Evergrey & Delain @ Lille (Le Splendid) le 5/11/2016

En ce frais samedi 5 novembre de l'an de grâce 2016, j'ai eu la chance d'assister à deux superbes concerts, respectivement de Evergrey et Delain, en cette bonne ville de Lille, dans cet ancien cinéma vieillot mais avec un certain cachet qu'est le Splendid, dans le quartier de Fives. Wow ça c'est de la phrase d'introduction.

L'endroit est facilement bien accessible depuis l'autoroute A1 (ce n'est pas du luxe) et, même si on rame un peu pour trouver de quoi se garer dans les rues adjacentes, c'est n'est pas aussi stressant que de devoir accéder au Zénith un jour d'affluence...

Mauvaise surprise cependant en arrivant vers 19h40 pour un concert censé débuter à 20h : le premier groupe de la soirée, Kobra And The Lotus entame sa dernière chanson ! On avait eu le même coup l'an dernier au concert de Nightwish à Bercy, pour lequel une bonne partie du public avait raté la prestation de l'excellent Amorphis! Les organisateurs de concerts doivent vraiment faire un effort de respect des horaires et du public par la même occasion. Si un concert est censé débuter à 20h, on ne le fait pas démarrer à 19h bon sang !

Trêve de coup de gueule, mais c'est tout de même un peu rageant de n'avoir pu proprement découvrir ce groupe canadien qui fait l'effort de venir nous voir à cette occasion.


Vers 20h10 les lumières s'éteignent et c'est donc Evergrey qui investit la scène. Un peu à l'étroit à cause du matériel déjà installé sur la scène pour Delain, le quintet suédois nous livre un set particulièrement réussi. J'étais déjà un peu familier de leur répertoire, depuis Recreation Day (en 2003, ça date!), que j'avais tendance à trouver un peu austère, et The Inner Circle en 2004, puis un peu perdu de vue et redécouvert en 2014 avec Hymns For The Broken. La bande à Tom Englund nous a gratifié d'une petite dizaine de titres tous envoûtants, voire hypnotiques, au sein desquels la place des claviers, bien que ne prenant jamais le pas sur les guitares, est centrale. La voix de Tom Englund s'intègre parfaitement à ces ambiances, et on se laisse emporter.

Au gré des pauses entre titres, le brave Tom se fend de quelques petites blagues, fait acclamer le samedi soir et huer le lundi matin... Le set fait évidemment la part belle à leur excellent dernier album en date, sorti en 2016 et intitulé The Storm Withn. Tom nous explique à propos de l'un des titres (In Orbit) qu'il est normalement chanté par Floor Jansen (Nightwish), mais qu'il n'a que son bassiste, Johan Niemann (ex-Therion), barbu et un peu dégarni, à nous proposer à la place. Côté musiciens, tous ont excellé, avec une mention spéciale au guitariste Henrik Danhage qui sur l'un des titres nous a livré un solo magnifique (voir la vidéo plus bas). En ce qui me concerne, le coup de cœur ira sans aucun doute à A Touch Of Blessing (tiré de The Inner Circle, voir la vidéo plus bas).

Après une cinquantaine de minutes, Evergrey quitte la salle sous les acclamations amplement méritées du public. Le temps d'aller prendre un verre, retrouver un collègue-qui-passait-par-là (salut Stéph!), on s'installe près de la table de mixage (assurément le meilleur endroit de la salle question acoustique) en attendant l'arrivée de la tête d'affiche : Delain !



Arrivée de Delain sur scène quelques dizaines de minutes plus tard... Seconde fois que j'assistais à l'une de leurs prestation, après leur première partie de Within Temptation en 2014 (voir ici), mais première fois en tête d'affiche. On attaque directement avec le morceau ouvrant le nouvel album Moonbathers, Hands Of Gold. Le son est très bon (pas de basse qui écrase tout, comme parfois), l'accueil du public est excellent.

La liste des titres fait évidemment la part belle à Moonbathers (7 titres) mais l'ensemble de la discographie du groupe est bien représenté. J'ai vraiment adoré l'ensemble de la prestation du groupe, très pro tant dans l'interprétation que la communication avec le public ou la cohésion du groupe qui « headbangue » à l'unisson.

Tous les yeux sont rivés sur la frontwoman Charlotte Wessels bien sûr, mais elle ne vole pas la vedette au reste du groupe. Timo Somers, guitariste plutôt baraqué, assure également certaines parties vocales (sur le refrain de Fire With Fire notamment), la (minuscule) Merel Bechtold qui officie comme seconde guitare au sein de la formation depuis 2015 semble bien intégrée et prend un plaisir non dissimulé, Otto Schimmelpenninck van der Oije (disons Otto, pour faire simple) assure également les growls sur certains morceaux (il a l'air bien remis de son accident embarrassant survenu à Birmingham il y a deux ans). Ces quatre musiciens se partagent le devant de la scène pour assurer une prestation très dynamique, tandis que Ruben Israel (batterie) et Martijn Westerholt (claviers et co-fondateur du groupe, ex-Within Temptation) se trouvent forcément un peu plus « coincés » en fond de scène par leurs instruments.

Le titre qui m'a le plus marqué était aussi l'un des plus dynamiques, extraits de Moonbathers : Fire With Fire. Mais la totalité de ce concert était un sans faute ! Et bien entendu en fin de concert l'inévitable We Are The Others, hymne à la tolérance suite à la triste et sordide histoire du meurtre de Sophie Lancaster à l'âge de 20 ans en 2007.

Le concert s'est terminé vers 23h. On aurait évidemment davantage de titres - personnellement des titres chantés avec Marco Hietala (Nightwish) sur album m'auraient bien plu - mais toutes les bonnes choses ont une fin.

J'ai tourné quelques vidéos (une rapide recherche sur youtube ou ailleurs en révèle d'autres), que je vous livre en pâture ci-dessous. Il y avait aussi « April Rain » mais Youtube a décidé de la bloquer dans « quelques pays, pour des raisons de droits d'auteurs ». Quelques pays ? oui, 238 très exactement. Par contre les autres vidéos ça va. Y'a des fois il ne faut pas chercher.


Arrivée d'Evergrey & Passing through
Evergrey: guitar solo
Evergrey: A Touch Of Blessing
Delain: Intro & Hands Of Gold
Delain: The Hurricane
Delain: Get The Devil Out Of Me
Delain: The Gathering (anniversaire 10 ans de l'album Lucidity)
Delain: We Are The Others
Delain: Outro