jeudi 31 décembre 2009

Jaccuzzi interactif !

Voici une petite série de vidéos « interactives » bien marrantes et bien délirantes, sur le thème « choisissez une action pour continuer », un peu comme les livres « dont vous êtes le héros » de notre enfance...

Bonne chance et bon réveillon :)

mardi 29 décembre 2009

La farce du droit d'auteur

Il paraît que notre cher (!) Johnny national que le monde entier nous envie, même qu'il est meilleur qu'Elvis, touche plusieurs euros sur chaque disque vendu... Est-ce la même chose pour tout le monde ?

Il est permis d'en douter, certains contrats proposés par ces chères maisons de disques ne prévoyant même pas de rémunération des auteurs ou interprètes en cas de vente « dématérialisée » (en clair, les plate-formes de vente de MP3 censées être promues dans le cadre de l'Hadopi réclamée à corps et à cris par ces grands patrons).

D'autre part, le cinéma en général, et français en particulier, se porte bien mieux que ce qu'on brandi les responsables politiques pour justifier cette loi honteuse.
Mais c'est plus la peine maintenant, la loi a été votée et promulguée, et on sait dans quelles conditions.

Voici cependant un autre son de cloche, de la part d'un auteur de documentaires diffusés à grands frais par de grandes chaînes télé. Alors que les droits de diffusion se négocient à plusieurs centaines de milliers d'euros, l'auteur fait état de la perception de droits d'auteurs d'un montant exorbitant de... 9 euros !! La faute au piratage des documentaires, très probablement.... ou pas ?

samedi 19 décembre 2009

Envoie ce mail à tous tes contacts...

Qui n'a jamais été harcelé par l'une des grandes causes défendues par ces chaînes de mail à la con (dont certaines « tournent » depuis une dizaine d'années sur le net...) ?

Voici une petite BD à ce sujet, ça fait du bien :)

samedi 12 décembre 2009

InterfaceLift

Pour ceux qui comme moi recherchent de temps en temps de nouvelles (belles) images pour renouveler leur fond d'écran, voici un excellent site en la personne de Interfacelift.com.

Point de pokemon là-bas, ni d'improbables demoiselles aux cheveux bleus et en petite tenue. Nom, que des photos de très grande qualité, disponibles en toutes les résolutions et formats d'écran courant : 4/3, 16/9, 16/10, etc. Beaucoup de paysages bien sûr, mais aussi des monuments (récemment le château de Chambord), des photos astronomiques, etc.

Indispensable ! De plus, ce site propose un flux rss indiquant les derniers ajouts, de quoi rester au top dans ce domaine.

dimanche 29 novembre 2009

The Rabeats

Aujourd'hui concert des Rabeats à Anzin (près de Valenciennes). Pour ceusses qui ne connaîtraient pas, il s'agit comme leur nom le suggère d'un tribute-band reprenant les Beatles.
2h de concert, moyenne d'âge sensiblement plus élevée que les concerts auxquels j'assiste d'habitude... mais très sympa.
L'ensemble de la prestation était divisée en deux parties. La première concernait les « vieux » classiques du début de la carrière des blattes (jusque 1966 à vue de nez) : Love Me Do, Please Please Me, Yesterday, etc.
La deuxième partie consistait en la période plus « progressive » (et psychédélique) du groupe, essentiellement à partir de l'album Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band. J'ai préféré cette seconde partie, les chansons, plus élaborées, ayant indéniablement plus de groove : Sergent Pepper, I Want You, Get Back, A Day In The Life...
Le tout était impeccablement interprété, rien à dire à ce niveau (si ce n'est que le solo de batterie était, comme souvent, dispensable), les musiciens sont chevronnés et ça se voit. Bon réglage de son, on n'était pas assourdis, et pas besoin de tendre l'oreille non plus. Il faut dire que l'acoustique d'un théâtre est en général très étudiée...
Pour ma part, j'ai eu un faible pour la chanson « I Want You », mais les grands classiques sont passés comme une lettre à la poste. Il m'a juste manqué Lucy In The Sky With Diamonds ...
Bref, un bonne fin de dimanche après-midi...

vendredi 27 novembre 2009

Wasp : Burn

Aujourd'hui j'ai enfin reçu le nouveau disque de W.A.S.P. (oui, je l'ai acheté ! Les anti-hadopi ne sont pas tous de vilains pirates, n'en déplaise aux simples d'esprits pratiquant cet amalgame), Babylon.
J'ai notamment beaucoup aimé le single Crazy ainsi que la reprise du Burn de Deep Purple.
La voici pour toi, ô fidèle lecteur !

Samael : Black Hole

Voici un petit morceau du groupe suisse Samael, intitulé Black Hole. Ça tire dans le death metal relativement mélodique, c'est assez sympa (y compris pour se décrasser les cages à miel :) ).


SAMAEL - Black Hole

SAMAEL | MySpace Music Videos

jeudi 19 novembre 2009

Jouer ou ne pas rejouer le match ?

Il paraît que Henri a fait une faute hier (il paraît aussi qu'il y avait un match de foot...).

La polémique fait rage ! Doit-on rejouer le match, ce qui serait un symbole de fair-play absolu et de respect de nos valeureux adversaires ? Doit-on profiter de la victoire, après tout c'est de la faute de ce bigleux d'arbitre et c'est bien fait pour ces connards d'Irlandais ?

(humour hein!)

Pour la réponse en cliquez sur l'image :

mercredi 18 novembre 2009

Blut Aus Nord

And now, for something completely different...

Je ne suis pas particulièrement familier ni fan de Black Metal en général, mais la musique des Français de Blut Aus Nord a quelque chose de particulier qui ne me laisse pas indifférent... C'est profond, sombre, inspiré, torturé et... dense...

Voici un extrait de leur album Odinist : The Destruction Of Reason By Illumination, intitulé tout simplement Odinist.

vendredi 6 novembre 2009

Mitterrand et la chute du mur de Berlin

Voici un article très intéressant à propos de certains détails concernant notamment les relations géopolitiques, franco-allemandes en particulier, à la fin des années 1980 avec notamment la chute du mur de Berlin, la réunification allemande mais aussi la fin de l'URSS, et en point de mire l'attitude du président Français de l'époque, François Mitterrand.
Si l'article montre un léger parti pris dans ce domaine nécessairement sujet à interprétation (lire les commentaires pour des points de vue différents), il a le mérite d'apporter un éclairage documenté sur cette période historique et notamment les tractations qui eurent lieu en coulisses.

Une saine lecture...

mercredi 28 octobre 2009

On This Perfect Day...

Ça faisait un moment que j'avais envie d'écrire un mot à propos de la dernière production du génial Arjen Lucassen, en la personne de son nouveau groupe Guilt Machine.

Il s'agit d'un quatuor : outre Arjen (Ayreon, Ambeon, Star One, ex-Stream Of Passion et d'autres projets encore) à la guitare, on trouve un dénommé Jasper Steverlinck au chant (actuel chanteur d'Arid, qui officie dans un registre Rock Indépendant assez éloigné des terres de prédilection habituelles d'Arjen), Lori Linstruth (Warbride, ex-Stream Of Passion, et accessoirement actuelle compagne d'Arjen si on en croit l'interview de ce dernier dans Rock Hard de septembre 2009, et où il raconte notamment les circonstances personnelles ayant abouti finalement à l'écriture de cet album) à la guitare et du batteur Christ Maitland (ex-Porcupine Tree). Du beau monde.

Le premier album, que j'ai acheté sur l'un des stands au RaismesFest 2009, s'appelle On This Perfect Day et est sorti fin Août 2009, et est accompagné d'un DVD proposant surtout des morceaux audio supplémentaires (reprises, radio edit...) et un reportage vidéo.

Je n'hésite pas à qualifier cet album de chef d'œuvre d'inspiration et d'interprétation. Le style est sombre est mélancolique sans être très agressif, et toujours très mélodique. Les morceaux sont d'une musicalité exemplaires et la voix si particulière de Jasper donne une couleur bien particulière à l'interprétation. Le mieux est de jeter une oreille sur le trailer ci-dessous, sachant que des chansons complètes se trouvent facilement sur YouTube.

Vivement le deuxième album, on en redemande !

dimanche 25 octobre 2009

Supporters...

Allez, une petite blaguounette de circonstance après ces pitoyables images d'aujourd'hui à Marseille...

- Pourquoi les supporters de base ont-ils tous l'air stupides ?
- Parce qu'ils sont stupides.

jeudi 15 octobre 2009

The Real Me !

Quel bonheur de pouvoir retrouver, sur des sites comme YouTube ou DailyMotion, des clips qui ont « bercé » mes tendres années :)

Voici W.A.S.P., avec « The Real Me », une magistrale reprise du classique des Who dans les années 80 (1989 très exactement), sur l'album The Headless Children...





----------------
Now playing: Divers - Katatonia : Forsaker
via FoxyTunes

mercredi 30 septembre 2009

Polanski : la vision d'un juriste

Notre cher nouveau ministre de la culture a immédiatement jugé « absolument épouvantable » l'arrestation de Polanski, tout comme son homologue polonais et une grande partie du monde artistique...

Pourquoi au juste ? Le viol d'une fille de 13 ans sous l'emprise d'alcool et de drogue est-il moins grave lorsque l'auteur est un cinéaste oscarisé (à raison, la question n'est pas là) ? Je ne saisis pas l'argument...

Voici l'avis éclairé de l'avocat le plus célèbre de la toile, à savoir Maître Eolas, sur son (excellent) blog. Passage particulièrement notable :

Je trouve honteux d’entendre des artistes qui il y a quelques semaines vouaient aux gémonies les téléchargeurs et approuvaient toute législation répressive et faisant bon cas de droits constitutionnels pour sanctionner le téléchargement illégal de leurs œuvres crier au scandale quand c’est à un des leurs qu’on entend appliquer la loi dans toute sa rigueur. Quand on sait que pas mal de téléchargeurs ont dans les treize ans, on en tire l’impression que les mineurs ne sont bons à leurs yeux qu’à cracher leur argent de poche et leur servir d’objet sexuel. Comme si leur image avait besoin de ça. Et après ça, on traitera les magistrats de corporatistes.

Et je bondis en entendant le ministre de la culture parler de « cette amérique qui fait peur ». Ah, comme on la connait mal, cette amérique.

Tocqueville avait déjà relevé il y a 170 ans, la passion pour l’égalité de ce pays. Elle n’a pas changé. Il est inconcevable là-bas de traiter différemment un justiciable parce qu’il appartiendrait à une aristocratie, fut-elle artistique. Il y a dix ans, l’Amérique a sérieusement envisagé de renverser le président en exercice parce qu’il avait menti sous serment devant un Grand Jury. Quitte à affaiblir durablement l’Exécutif.

Une justice qui n’épargne pas les puissants et les protégés des puissants ? On comprend qu’un ministre de la République française, qui a soigneusement mis son président et ses ministres à l’abri de Thémis, trouve que cette Amérique fait peur.

À bon entendeur...

vendredi 18 septembre 2009

RaimesFest 2009 : deuxième journée

Après une nuit inhabituellement longue pour cause d'enfants en pension chez Mamie, nous voici donc ce dimanche 13 septembre au château de la Princesse d'Arenberg à Raismes pour assister à la deuxième journée du RaismesFest 2009. Avec ADX, Pain et Epica en tête d'affiche, la journée promet d'être mouvementée !
Petite déception, la météo semble moins clémente que la veille... Ça menace, alors prenons des parapluies et espérons ne pas avoir à nous en servir (finalement quelques gouttes dans l'après-midi, mais rien de bien grave).
Le temps d'aller chercher Tonton Alex avec ces p*****s de travaux sur la route du Quesnoy, nous arrivons trop tard pour les shows de Maxpie (scène découverte) et Aone (scène principale). Tant pis :/
Au moment de notre arrivée c'est un groupe nommé Obszon Geschopf qui officie sur la scène découverte. Je n'accroche pas à leur métal à tendance électro, d'autant qu'un groupe sans batteur qui préfère recourir à une boîte à rythme n'est jamais très bien vu. En plus, c'est l'heure du kebab dominical. Et de la bière dominicale aussi. Du moins, la première.
Après ce repas bien mérité, nous rejoignons les abords de la scène principale où est prévu un groupe au nom de Machine Gun, inconnu au bataillon en ce qui me concerne. Dès les premières notes de « Back in Black », on comprend qu'on a affaire à un cover-band de AC/DC. S'enchaînent alors les tubes de la bande à Angus (« TNT », « Bad Boy Boogie »...), impeccablement interprétés. Tous les musiciens sont à la hauteur de la tâche et on passe vraiment un bon moment. En guise de rappel, un bon « Highway to Hell » des familles clôt cette excellente prestation. Il nous a manqué « Hells Bells » pour que tout soit vraiment parfait, mais le groupe s'est montré à la hauteur (le guitariste esquissant même le fameux sautillement d'Angus) et le public ne s'y est pas trompé.
Après ce show entraînant, nous nous dirigeons vers la scène découverte où nous attend un groupe nommé Novagreen. C'est le contraire du précédent, cette fois il y a deux batteurs ! Enfin, il y en a un normal et un autre qui gesticule et danse autour de ses percussions torse nu. Il n'apporte pas grand'chose à la musique du groupe et tout ce cinéma peine à éveiller notre intérêt...
Retour vers la scène principale où Kells est présenté par l'organisateur comme un prodige du métal français, ayant participé au même festival il y a deux ou trois ans, sur la scène découverte. Cette fois, c'est le grand saut pour ce groupe relativement bruyant mené par une chanteuse énergique. C'est du heavy métal assez classique dans sa structure et la musique est intéressante, mais je ne crois pas que les conditions aient été optimales pour vraiment apprécier.
Il est 15h10, retour vers la scène découverte pour un groupe nommé Farplain. Un bon groupe apprécié du public... On écoute avec intérêt.
Sur la scène principale, c'est désormais les français de Dylath-Leen qui se préparent. Je ne connaissais pas du tout la musique de ce groupe, mais dès les premières notes (et surtout les premiers hurlements), on comprend qu'on a affaire à un groupe de death metal (ou en tout cas un métal extrême avec une voix death). La particularité principale vient en réalité de la chanteuse : oui c'est bien elle qui hurle et grogne ainsi ! On ne peut s'empêcher de penser à Angela Gossow (Arch Enemy)... Au final une prestation honorable pour tout fan de ce style, dont je ne suis pas vraiment...
On se rabat sur les stands de disquaires où - ô joie - je trouve et achète l'album du tout nouveau groupe Guilt Machine (monté par Arjen Lucassen, j'en parlerai plus tard). Le vendeur me fait comprendre qu'il ne parle que «only english». Je m'étonne qu'il ne comprenne pas ce que je veux dire en lui montrant ma carte et en lui disant « carte de crédit ? ». Mais bon, je reformule...
Après ces moments extrêmement bruyants (pauvres riverains !), c'est un groupe nommé Beyond The Labyrinth qui monte sur la scène découverte. Le groupe n'est toutefois pas constitué de débutants, ça ne fait pas l'ombre d'un doute. Leur hard rock (on pourrait dire « classic hard rock ») super bien fait fait mouche auprès du public ; indubitablement un groupe à suivre...
C'est désormais Karelia qui est attendu sur la scène principale... et on attend d'interminables réglages sonores. Le groupe débute enfin et, à l'issue d'une demi-chanson, c'est le drame : les samples sont restés coincés ... « Problème technique » nous annonce-t-on... Au bout de quelques minutes un gars nous annonce de manière embarrassée l'annulation de la prestation de Karelia à cause d'un grave problème technique... C'est la vie. C'est aussi l'heure d'une gaufre au Nutella.
The Last Embrace attaque son set à l'heure sur la scène découverte. Encore un bon groupe bien acclamé par le public, délivrant un rock/métal légèrement gothique. Sûr de son coup, la chanteuse annonce que leur album est en vente sur l'un des stands de merchandising... Nous passons notre tour mais je garde le nom du groupe en tête. Vraiment chouette.
17h50, c'est ADX qui monte sur la scène principale... L'une des figures de proue du métal français (dans le circuit depuis 1982, respect !) débute son show et rencontre rapidement un problème technique : pas de basse (« on est en panne de Klod »). Le public frémit mais heureusement les choses rentrent dans l'ordre rapidement. Le groupe nous délivre un set purement speed metal dans le style « musique de biker », très efficace et irréprochable sur le plan de l'interprétation. On a droit à un set d'environ 1 heure, rempli des classiques du groupe (« Caligula »...), ainsi que de morceaux plus récents (« À la gloire de Dieu » par exemple), le tout dans la bonne humeur permanente voire la franche rigolade. Y'a pas à dire, les gars de l'Oise (comment dit-on ? les oiseaux ?) assurent question ambiance...
Une fois le set d'ADX terminé, nous nous dirigeons vers la friterie locale pour notre dernier kebab Raismois, vite avant que tout le peuple n'ait la même idée :) Pendant que nous dévorons notre pitance, nous oyons le dernier groupe prévu sur la scène découverte, un dénommé Wild Karnivor. Ce groupe porte plutôt bien son nom tant le boucan qu'ils font est proprement incroyable. C'est visiblement (auditivement plutôt) du death et nous ne nous approchons pas cette fois (cela dit, je viens de visiter leur site officiel et j'ai trouvé leur musique pas désagréable... une fois le premier choc passé).
On passe désormais aux choses très sérieuses avec l'arrivée de Pain, le troisième concert de Pain auquel j'assiste (les deux premiers étaient à Paris en 2008 et 2009 en première partie de Nightwish) et probablement le dernier avant un moment, Peter Tätgren ayant décidé de se concentrer sur son groupe principal, Hypocrisy.
Attention : au moment où j'écris ces lignes, les sites de Pain et Hypocrisy semblent infectés par des virus ou autres malwares... Méfiance !
Ce n'est pas la première fois que je les vois, mais le choc est toujours aussi rude ! Le métal indus que les suédois nous envoient achève de nous décrasser les cages à miel (salut Tonton Zézé !) et c'est même beaucoup trop fort à mon goût (j'y reviendrai). Néanmoins le set que Pain nous propose ce soir ne peut laisser indifférent et, outre trois chansons du dernier album (« I'm going in », très efficace en introduction, « Monkey Business », « Don't care »), les incontournables y passent, notamment « Same Old Song », « Just Hate Me », « End Of the Line », « Bitch » (au sujet duquel Peter précise qu'évidemment il adore les femmes :) ) et le toujours efficace « Shut Your Mouth » (Shut your what ? YOUR WHAT ?). Le groupe a également joué la chanson qu'il a reprise des Beatles : Eleanor Rigby... On passe un grand moment et ce n'est pas le froid qui commence à se faire sentir qui nous empêche d'apprécier.
Dans les premiers rangs, ça s'agite sérieusement, et les slammeurs défilent les uns après les autres, directement dans les bras de la sécurité, qui, ont le sent, commence à en avoir un peu marre, surtout quand les slammeurs en question débarquent les pieds en avant :) Il y a aussi quelques pogos (sous l'oeil peu amène du grand chauve de la sécu) et on reste à distance prudente de la zone concernée...
Le set de Pain est terminé et le groupe repart sous les vivats de la foule, non sans avoir littéralement scotché par terre l'un de leurs roadies sous les rires de la foule. Tirage de la tombola en quatrième vitesse pour ne pas gêner les techniciens (snif, j'ai toujours pas gagné !). Place désormais au dernier groupe de la soirée, la tête d'affiche Epica.
Le groupe, qui a trois albums à son actif, vient pour la seconde fois au RaismesFest, la première c'était il y a 7 ans ! Cette fois les néerlandais ont pris du galon et sont devenus très populaires de part le monde. Après une chanson, nouveau problème technique : perte de puissance sur plusieurs instruments... Le temps de résoudre le problème, le batteur improvise un solo de batterie... On admire le professionnalisme, ils auraient pu tout simplement partir et ne revenir qu'après le problème résolu (d'autres groupes plus caractériels se seraient simplement cassés).
Une fois le problème de puissance résolu (ouf) le reste du show se déroule sans anicroche. S'enchaînent alors les titres issus des trois albums du groupe, emmenés par une Simone Simons et un Mark Jansen très en forme, et tous sont interprétés de manière irréprochable. On a notamment droit à des titres issus de The Phantom Agony tels « Seif Al Din », « The Phantom Agony » (dont le final est toujours aussi beau), « Cry For The Moon », ces chansons qui ont fait connaître mondialement le groupe. On a également droit à un show pyrotechnique (pour ne pas dire de pyromane) puisque deux danseuses viennent agiter à proximité des membres du groupe des tiges enflammées, et ce à plusieurs reprises (ça commence sur « Chasing The Dragon », dernier single en date du groupe). On craint, à un moment, que l'une d'elles calcule mal son coup et n'enflamme la (magnifique) chevelure de Simone. Ouf, tout le monde est sain et sauf.
Le concert se termine sur « Consign To Oblivion », imposant morceau issu du deuxième album du même nom, long d'une dizaine de minutes. Il est 23h, le concert et le festival sont finis :(.
Direction la maison car, mine de rien, demain on se lève tôt. Les enfants n'ont pas rendue Mamie folle, tout va bien ;)

C'était donc mon premier festival métal. Ce ne sera pas le dernier car j'ai été bien « mordu » par l'ambiance, incroyablement accueillante, et le principe de l'événement. Ce festival n'était pas grand par sa superficie, mais c'était pourtant un événement d'une grande ampleur, de rayonnement certes régional mais pas seulement.
Le seul bémol que j'ajouterai concerne le son. On a eu beaucoup de soucis techniques (ça arrive) mais surtout le réglage du son laissait trop souvent beaucoup trop de place à la basse par rapport aux autres instruments, littéralement écrasés. On se surprend à se boucher les oreilles tant le volume sonore de la basse est exagéré. D'ailleurs, beaucoup de spectateurs portent des bouchons d'oreille (vendus sur place), ce qui dégrade à mon avis fortement la musique : les basses passent, justement, mais les aigus sont filtrés. J'avoue ne pas comprendre pourquoi le volume sonore est si fort. Il y a tout de même moyen de sonoriser sans ambiguïté l'ensemble du site et au-delà sans pour autant chercher à rendre sourds les spectateurs directs. J'aimerais que les techniciens du son se montrent plus raisonnables à ce niveau.
Bon à part ça, comme je l'ai déjà dit, nous avons passé un super week-end, et j'ai hâte de revenir avec un jour, pourquoi pas, les enfants (d'ailleurs on a vu beaucoup de petits sur place, qui semblaient beaucoup apprécier eux aussi).
Pourquoi ces événements (organisés bénévolement par une équipe hautement méritante) et la musique métal en général ne recueillent-ils pas l'écho qu'ils méritent dans les médias ? La demande existe, pourtant !
Allez, je vous laisse avec quelques vidéos de l'événement glanées sur Youtube... ainsi qu'avec un lien vers un autre live-report du même festival, avec des photos : ici.

Bonne nuit !

Machine Gun reprend « TNT »


Epica : Seif Al Din


Pain : Same Old Song


Epica : Chasing The Dragon


Pain : arrivée sur scène (vue depuis les coulisses!)


Pain : Shut your Mouth, imparable !


----------------
Now playing: Guilt Machine - Twisted Coil
via FoxyTunes

dimanche 13 septembre 2009

RaimesFest 2009 : première journée

Battlelore au RaismesFest 2009
Photo par Bud eul gaulois
Allez, je prends le temps de faire un petit compte-rendu de ce RaismesFest 2009, premier du genre pour moi mais vraisemblablement pas le dernier. D'abord, c'est important, nous avons eu une météo correcte, malgré un frisson en soirée (surtout le dimanche). Quelques gouttes également dimanche après-midi mais rien de bien méchant.

Nous sommes arrivés pendant le show des valenciennois de Rozz, sur la scène découverte. Une bonne prestation, avec un hard rock de bonne facture, mené par un chanteur efficace à défaut d'un physique avenant ;)

Aucun temps mort puisqu'une fois le show sur la scène découverte terminé, c'est Dadabovic qui, présenté par l'organisateur comme sorti de l'hôpital psychiatrique de Valenciennes, investit la scène principale. Le moins que l'on puisse dire est que leur « spectacle » est à la hauteur de cette présentation. Les 4 gus se présentent en blouse et enchaînent les pitreries sous le regard impassible de celui qui pourrait être leur psychiatre. Un show énergique et délirant, sympa si on arrive à entrer dans leur jeu.

Demi-tour, vers la scène découverte, pour assister au show de Sad Siberia. Un groupe - belge je crois - lorgnant vers les compo d'Epica (notamment pour les gutturaux) mais aussi Nightwish (les claviers). Le groupe est mené par une chanteuse qui se débrouille pas si mal mais qui peine énormément à faire participer le public (un grand moment de solitude quand elle cherche à faire taper le public dans ses mains mais que personne ne suit). Il faut dire que sa tenue en guêpière et porte-jarretelles et bas blancs surmonté d'un tutu rose est de nature à attirer les regards masculins mais n'incite pas trop à la prendre au sérieux. Dommage.

Nous en profitons pour visiter les nombreux stands de merchandising et de disques, il y a vraiment beaucoup de choix de « fond de catalogue », peu de nouveautés. C'est pas forcément un mal pour qui souhaite compléter sa collection.

C'est désormais Stormzone qui investit la scène principale. Les irlandais délivrent un set heavy metal très classique à la Iron Maiden mais impeccablement interprété. On peut dire que c'est clairement un autre niveau, et le public ne s'y trompe pas. Un groupe que je ne connaissais pas mais dont j'ai beaucoup apprécié la prestation.

Nous zappons quelque peu le set de Neonfly sur la scène découverte et après ce break nous nous apprêtons à écouter Battlelore, un groupe finlandais que j'attendais particulièrement. Là c'est un peu la déception : si l'énergie et l'interprétation sont au rendez-vous, le réglage du son est très mauvais (surtout au début, ça s'améliore un peu sur la fin), la basse écrasant tout sur son passage. À tel point qu'on se demande si le micro du chanteur (qui pourtant a une certaine « capacité vocale ») est branché... Visuellement c'est assez chouette, ledit chanteur a amené son glaive qu'il brandit à l'envi, et la chanteuse semble un peu plus « réveillée » que sur le DVD accompagnant leur dernier album. Au niveau des chansons, priorité est donnée au dernier album « The Last Alliance », « Third Immortal », et l'avant-dernier (Evernight) avec « We are the legions » et l'inévitable single « House of Heroes ». Pour ma part j'aurais aimé qu'ils jouent « Beneath the waves » mais je me doute que c'est un morceau trop long dans ces circonstances. Un bon set malgré ce problème de son, mais qui se termine maladroitement alors que la chanteuse annonce une dernière chanson qui n'aura pas lieu puisque le temps est épuisé et que les musiciens sont déjà partis...

Nous zappons encore lâchement Ramone et Pedro (« Ramone et Pedro, c'est pas des rigolos ») sur la scène découverte pour nous restaurer auprès de la baraque à frites locale, puis c'est le célèbre Ultra Vomit qui investit la scène principale.

Alors là c'est forcément un peu particulier puisque, pour ceux qui ne connaîtraient pas, il s'agit d'un groupe français de métal parodique, ou délirant... Plutôt les deux... Ça va de la composition délirante (le titre « c'est pas mal là, c'est mieux là » joué en rappel), à une version trash de « Une souris verte » sur laquelle un spectateur est « invité » sur scène puis remercié (Thomas, pauv' connard ;) ), une reprise de « face à la mer » de Calogéro, censé être repris par Gojira (d'où le « Calojira » un peu téléphoné), ou encore « Confidences pour confidences » de Jean Schultheis... chanté par le batteur. Un bon moment bien marrant et apprécié par l'auditoire... et un show bien au point.

Ultra Vomit termine son set avec un « je collectionne des canards (vivants) » et laisse la place aux lillois de The Real Nelly Olson sur la scène découverte. Le nom du groupe est évidemment une référence à la série télé « La petite maison dans la prairie », mais avec une faute : ce devrait être Oleson et pas Olson... Mais on leur en veut pas. On écoute d'une oreille un peu distraite leur rock plutôt bien foutu (mais pas inoubliable non plus).

Place désormais à Pat Mc Manus sur la scène principale. Un guitariste (ex-membre de Mama's boys) particulièrement doué et qui met bien son jeu en valeur au travers d'un set rock et blues rock de bonne facture. Le reproche que je lui ferais est que ça tourne vite en démonstration de technique de guitare et devient du coup un peu lassant. Cela dit, il y avait vraiment des passages de toute beauté, que ce soit à la guitare ou au violon (!).

C'est à Abinaya que revient la tâche de clore la scène découverte ce soir. Un bon set mené par un bon quatuor, avec une basse bien présente. Allez, c'est l'heure d'une petite gaufre au Nutella.

Il est plus de 21h15 (le froid commence à se faire sentir) quand Axxis monte sur scène. Les allemands sont très attendus (la quantité de merchandising est impressionnante et les fans en t-shirt à leur effigie sont nombreux) mais sont retardés par des problèmes de réglages sonores. D'ailleurs un technicien passe et repasse sans arrêt sur scène pour ajuster je ne sais quel réglage. À un moment d'ailleurs il passe devant le chanteur, qui ne semble pas apprécier et s'empresse d'aller lui dire en coulisse pendant une partie instrumentale.

Leur musique est très bonne, un bon power metal tout ce qu'il y a de plus habituel et efficace. Priorité est évidemment donnée au dernier album en date, Utopia, qui fait mouche. D'autres classiques sont joués mais on remarque et on regrette l'absence du célèbre Dance With The Dead. C'est vraiment le seul bémol tant leur prestation est vraiment excellente. À noter également l'invitation faite par le groupe à une spectatrice de les rejoindre sur scène pour quelques titres. Énergique et jouissif.

Après tirage de la tombola (j'ai rien gagné, snif), un dernier groupe MSG (celui de Michael Schenker, ex-Scorpions), est prévu mais nous battons lâchement en retraite devant le froid, la fatigue et les courbatures :)

Rendez-vous le lendemain pour la seconde journée de ce festival inoubliable, journée que je te narrerai, ô fidèle lurker, dans un prochain billet de ce merveilleux blog.

Bonne nuit !

De belles photos sont disponibles ici, sur le site de Grégory Tran, merci à lui ! D'autres se trouvent ici, sur le forum officiel du RaismesFest...

Ultra Vomit : Confidence pour confidence


Pat Mc Manus, en pleine démonstration de tapping


Pat Mc Manus joue les Hendrix


Ultra Vomit collectionne des canards (vivants)




----------------
Now playing: Stream of Passion - Street Spirit
via FoxyTunes

vendredi 11 septembre 2009

RaismesFest 2009

C'est demain que débute le RaismesFest 2009... Votre serviteur y sera avec un pass deux jours...

Une belle affiche cette année puisque sur la scène principale on aura droit au programme suivant :
Samedi
DADABOVIC14H55
STORMZONE15H50
BATTLELORE16H55
ULTRA VOMIT18H05
PAT MC MANUS19H25
AXXIS21H05
MSG22H50


Dimanche
AONE12H30
MACHINE GUN13H25
KELLS14H30
DYLATH LEEN15H35
KARELIA16H40
ADX17H50
PAIN19H20
EPICA21H00


Je me réjouis en particulier de voir Battlelore, Ultra Vomit, Axxis, MSG, Dylath Leen, Karelia, ADX, Pain et Epica. Le reste je ne demande qu'à découvrir, sans compter les groupes de la scène « découverte »... Un beau weekend en perspective.

Ci-dessous la vidéo promo principale, avec des images des festivals précédents...


et une autre, réalisée par un fan.

jeudi 10 septembre 2009

Draconian Trilogy

Voici pour le plaisir une chanson de Therion que j'adore. Elle figure sur l'album « Vovin », chef d'œuvre de métal symphonique et gothique. Le final est particulièrement réussi, frissons garantis. À écouter au casque, à mon avis.

À noter que la version de cette même chanson figurant sur le live « The Miskolc Experience » (voir ici) vaut elle aussi le détour !

----------------
Now playing: Shakra - The Journey
via FoxyTunes

mardi 1 septembre 2009

Hadopi 2 : lettre ouverte aux députés

Ceux qui ont suivi l'« affaire » savent comment le gouvernement tente par tous les moyens de contourner la décision du Conseil Constitutionnel - excusez du peu - de censurer la loi dite « HADOPI 1 » visant le piratage sur Internet, notamment au chapitre de l'égalité entre citoyens devant la loi, la présomption d'innocence et la liberté d'expression...

Les autres seraient bien avisés de lever le nez de leur Télé 7 jours ou de leur match de foot pour contempler la façon dont notre liberté est sacrifiée au plus haut niveau sur l'autel des bénéfices de marchands de tout poil... et s'en souvenir !

Aujourd'hui la ligue Odebi, une structure visant à défendre les libertés des internautes, vient d'adresser une lettre ouverte aux députés, bientôt solliciter pour voter godillotement ce texte inepte. Je la reproduis ici ...

Madame, Monsieur,

La présente a pour objet de revenir avec vous sur le vote prochain du projet de loi relatif à la protection pénale de la Propriété Littéraire et Artistique sur Internet, dite "HADOPI 2".

Ce projet de loi vous est présenté par le gouvernement comme la réponse adéquate au phénomène de « piratage ». Ce dernier s'appuie en particulier sur la possibilité pour un juge de couper l'accès à Internet d'un internaute accusé de « négligence caractérisée ».

La Ligue ODEBI tient à vous rappeler certains éléments vérifiables et incontestables qui démontrent que cette loi, en dépit de son objectif louable, fait fausse route.

A - Sur les fondements de la loi

Le projet de loi entend répondre à une légende urbaine selon laquelle les échanges de fichiers (musique et films, notamment), via les réseaux Internet sont préjudiciables aux artistes.

A.1 - Les études universitaires contredisent les préjugés qui fondent cette loi

Cette affirmation, gaiement relayée par le fameux « Rapport HADOPI », commandée notamment auprès de certains cabinet ayant certaines relations avec l'industrie culturelle, s'est révélée fausse d'après plusieurs études sérieuses (elles?). Certaines de ces études tendent même à affirmer le contraire. On pourra citer par exemple
- une étude réalisée par l'université de Harvard [1],
- une autre réalisée par l'université de Rennes [2],
- celles de l'Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications (ENST),
- celles de l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE),
- ainsi que celle du ministère de l'industrie Canadien...

Ces études confirment toutes que le déclin des ventes n'est pas lié à l'explosion du piratage. Certaines soulignent même le contraire. En effet, les études d'HARVARD et de l'Université de Rennes démontrent, entre autres choses, que les internautes utilisant les réseaux dits « P2P » visée par cette loi dépensent plus que les autres internautes en œuvres culturelles, et surtout que les réseaux P2P leur permettent de découvrir de nouveaux artistes et d'acheter plus.

Le P2P, comme le prétendait l'OCDE dès 2004, semble donc être un nouveau canal de promotion efficace et utile aux artistes contrairement à ce que prétend la propagande des maisons de disques.

A.2 - Des expériences commerciales démontrent que le réseau P2P est un nouveau canal de diffusion puissant

Plusieurs expériences récentes ont montré que lorsque l'on propose un contenu gratuit, ou encore quand on laisse au consommateur la prérogative de fixer le prix d'un album de musique par exemple, le disque rencontre un franc succès et devient finalement aussi rentable (voire plus) qu'un disque soumis à une promotion "classique".

On citera par exemple Moby, actuellement l'un des musiciens les plus populaires au niveau mondial, dont la meilleure vente est le titre gratuit [3]. On pourra retenir également le groupe Radiohead, qui a laissé le soin à ses fans de choisir combien ils paieraient pour un de leurs albums, une initiative couronnée de succès.

Ces éléments viennent confirmer plusieurs hypothèses envisagées par certaines des études citées précédemment, selon lesquelles la diffusion « libre » de la culture comporte de nombreux avantages par rapport aux voies de promotion habituelles, et notamment une relation de proximité entre l'artiste et son public, relation qui exclut, il est vrai, les intermédiaires traditionnels que sont les maisons de disques.

A.3 - Une industrie culturelle qui n'a pas su s'adapter

Les principaux acteurs qui se plaignent actuellement sont les intermédiaires, à savoir les maisons de disques, vu que celles-ci, de fait, disparaissent dans l'échange "pair à pair".

En effet, toutes les études socioéconomiques montrent un changement économique structurel important qui entend marginaliser les intermédiaires au profit d'une relation plus directe entre créateurs et public.

La Loi HADOPI n'est donc pas faite, à priori, pour défendre les revenus des artistes ou la création mais pour défendre une industrie qui n'a pas su ou voulu s'adapter contre un bouleversement culturel devenu irréversible.

Les majors ont refusé, par exemple, pendant plus de 5 ans (2002-2007) de diffuser légalement leurs catalogues sur Internet, retardant ainsi la mise à disposition légale des œuvres sur le Net. Aujourd'hui encore, cette offre laisse à désirer, tant sur le plan de la diversité que sur celui de son intuitivité et de son coût pour le consommateur.

Les majors se plaignent du phénomène dit du « téléchargement illégal » mais celui-ci reste autrement plus simple, rapide, diversifié et sûr que l'offre légale actuelle... Ironie du sort, c'est le consommateur qui veut payer qui est pénalisé par les mécanismes de protection des DVD, CD ou MP3 légaux.

Pour reprendre une analogie d'un ancien de l'UMP (Nicolas Dupont-Aignan), on peut comparer le combat autour de la loi HADOPI à ce qui aurait pu être celui des moines copistes contre l'imprimerie. Certes, on aurait pu à l'époque défendre le monopole des moines copistes et interdire à Gutenberg de continuer à fabriquer son appareil... Mais imaginez-vous maintenant devoir passer par des moines copistes pour obtenir un livre ? Or, c'est bien ce que vos propres enfants pourraient demain vous reprocher en ce qui concerne le P2P.

B - Sur l'efficacité et les conséquences du projet de loi

B.1 - L'efficacité juridique et technique

B.1.1 - L'efficacité technique

Ce point est probablement le plus ubuesque du projet de loi. Il est clair, si l'on étudie le dispositif, qu'il a été élaboré dans la précipitation la plus totale et par des personnes manifestement incompétentes.

La liste des problèmes est longue :
- non-fiabilité de l'adresse IP
- usurpation d'adresse IP
- piratage de la connexion Wi-Fi du voisin
- utilisations frauduleuses diverses et variées de la connexion Internet d'un particulier/d'une entreprise
- avertissements par mail non-efficaces car aucun accusé réception n'existe encore sur Internet
- obligation d'installer un logiciel espion payant sur votre ordinateur qui ne fonctionne que sur 80 % du parc informatique national car non compatible avec MAC et LINUX.
- inégalités des particuliers suivant leur zone géographique (dégroupé / non-dégroupé)
- coupure de l'accès à certains services publics en ligne (informations, réseaux sociaux, déclaration d'impôts, messagerie, achat en cours sur un site en ligne ?) pour les contrevenants. Cette coupure les placerait au cœur d'une véritable "mort sociale" ce qui reviendrait au final à une double peine.
- etc...
Il faudrait des pages et des pages pour tous les énumérer et les expliquer correctement.

Soyons clairs : pour rendre cette loi efficace il faudrait contrôler toutes les identités de ceux qui accèdent à Internet, contrôler tout le trafic, interdire "le chiffrage" des échanges, interdire aux fournisseurs d'accès étrangers de proposer des offres en France via Satellite par exemple, interdire l'utilisation à des fins personnelles et non contrôlées d'Internet, interdire l'Iphone et les nouveaux portables, interdire tout protocole d'échange de type bluetooth ou infrarouge permettant l'échange de données... Bref, interdire, interdire, interdire....

B.1.2 - L'efficacité juridique

Les délires institutionnels autour de l'HADOPI sanctionnés déjà par le Conseil constitutionnel font dire à certains éminents juristes qu'HADOPI est "une malfaçon législative" [4].

Passons sur la "validité" d'un avertissement par mail qui ne garantit jamais légalement que le présumé "coupable" a bien lu les avertissements précédents ou sur le fait qu'un particulier "innocent de téléchargement" peut se voir privé de connexion à Internet - exemple du père dont le fils de 12 ans a téléchargé un film couvert par les droits d'auteur.

Les tribunaux français seront engorgés de plaintes fondées alors même que notre justice est déjà asphyxiée.

Vous préférez donc voir nos juges s'occuper de garantir le fait que Pascal Nègre puisse se payer une énième voiture de luxe plutôt que de protéger les citoyens honnêtes qui travaillent plus pour gagner plus ? C'est un choix mais un choix difficile à justifier.

B.2 - Un échec pour l'image de la démocratie française

La génération des 15-40 ans, dans sa grande majorité et toutes préférences politiques confondues, est convaincue que la loi a été réalisée pour de mauvaises raisons tant leur expérience au quotidien de l'Internet est éloignée des discours irrationnels ou incohérents, car c'est bien ainsi qu'il faut les qualifier, de certains responsables qui se veulent "spécialistes du sujet".

Passons sur l'ancienne Ministre Albanel qui voyait des "pare-feux" dans un logiciel de bureautique, démontrant ainsi sa totale incompréhension des données techniques nécessaires à l'élaboration d'une loi technique ; ne parlons pas de Frédéric Mitterrand, actuellement Ministre de la Culture, qui aimerait être "plus téléchargé" (on ne savait pas qu'il chantait).

Les vidéos circulant sur Youtube, DailyMotion concernant vos réponses, Messieurs, à des questions pourtant au cœur de la Loi, ont eu un effet désastreux sur votre image [6]. Nous y constatons avec stupeur que vous êtes dépassés par des enjeux que vous ne comprenez plus. Ce n'est pas un reproche. C'est une réalité.

Alors pourquoi votez-vous pour un texte qu'apparemment vous ne "comprenez" pas ?

A moins que M. Franck Louvrier, le mister 'Com' de notre cher président, ait bien dit tout haut ce que vous voulez au final faire sous couvert de la protection des droits d'auteur. Sa tribune dans Le Monde [6] où il arrive à cautionner HADOPI en parlant des jeunes iraniens sur Twitter est un chef d'œuvre de bêtise ou de cynisme (au choix) : on y apprend qu'HADOPI a en fait pour but de "contrôler les identités" (sic). Devant un tel spectacle, les citoyens internautes ne peuvent que crier à l'infamie.

Pourquoi voter en urgence une loi qui, non contente de reposer sur des arguments fallacieux, a pour but de protéger les marges d'une industrie qui n'est en rien vitale pour l'économie du pays, le tout pour la modique somme de plus de 200 millions d'euros en pleine période de crise où la représentation nationale devrait avoir d'autres priorités que la défense des privilèges des nantis. Comment ne pas vous soupçonner de petits arrangements entre amis qui ne font pas honneur à notre pays et à notre démocratie ?

L'image de la démocratie auprès des jeunes générations - la Ligue qui suit les débats parlementaires depuis 2002 et fait œuvre de pédagogie auprès du public afin de lui expliquer et de commenter les débats est bien placée pour le dire - est désastreuse. Si vous preniez le temps de lire les commentaires de millions de jeunes gens sur les blogs ou les forums, vous constateriez comme nous que votre attitude concernant l'HADOPI ne fait que renforcer les positions extrémistes anti-démocratiques.

L'enjeu concernant l'HADOPI ne devrait pas être de sauver une part du chiffre d'affaire d'UNIVERSAL mais de restaurer la crédibilité de la représentation nationale auprès de vos électeurs, jeunes et moins jeunes, ce qui commence par prendre en compte la réalité d'Internet plutôt que de l'ignorer.

Un vote positif sur HADOPI alimentera le discours du "tous pourris" et il sera malheureusement bien difficile d'argumenter à l'encontre de ce préjugé tant les tenants et les aboutissants de cette affaire se prêtent aux rumeurs les plus folles.

Conclusion

Résumons donc les choses, si vous étiez amené à voter en faveur ce projet de loi, vous vous engageriez donc :
- A refuser d'assumer l'évolution de la société, a déclarer la guerre à l'Internet tout en ignorant les réalités de celui-ci.
- A voter pour une loi qui se veut rétrograde, qui sert les intérêts privés des industries culturelles qui n'ont pas su prendre en compte les énormes possibilités offertes par Internet. Ce qui alimentera, en outre, les théories du complots diverses et variées affirmant qu'il existe une collusion entre le gouvernement et les grand loobys.
- A faire subir à l'ensemble des internautes français, d'une part l'inaptitude de ces industries culturelles à évoluer, d'autre part l'incompétence des personnes qui ont rédigés cette loi.
- A assumer les plaintes de centaines de personnes qui auront dû installer malgré elle le mouchard payant car leur WiFi aura été piraté ou leur adresse IP aura été usurpée [8].
- A revenir parler du même sujet dans deux ou trois ans, lorsqu'enfin vous aurez compris (sans vouloir l'admettre) que cette loi n'était qu'une vulgaire perte de temps, tout comme avec la loi DADVSI l'a été.
- A participer à la crise économique, puisque cette loi coutera 200 millions d'euros alors même qu'elle sera totalement inefficace.

Quid du progrès et de l'intérêt général ? Partager n'est pas voler ! Il existe des alternatives qui n'ont jamais été envisagée sérieusement. Pourquoi la répression ? Nous vous appelons solennellement à arrêter de stigmatiser Internet et de l'envisager systématiquement comme un danger, ainsi qu'à demander un vrai débat sur la question de l'adaptation du droit d'auteur à l'ère numérique et de la rémunération des artistes à partir du peer-to-peer.

[1] Etude de Harvard sur le partage de fichiers
http://www.hbs.edu/research/pdf/09-132.pdf

[2] Etude de l'université de Rennes sur les pratiques de consommation de vidéos sur Internet
http://www.marsouin.org/IMG/pdf/etudeusagep2p.pdf

[3] La meilleure vente de Moby est son titre gratuit
http://www.20min.ch/ro/entertainment/people/story/18657595

[4] HADOPI 2 : malfaçon législative
http://www.maitre-eolas.fr/post/2009/07/27/HADOPI-2-%3A-quelques-perles

[5] Vidéo sur les réponses des députés aux questions sur l'HADOPI
http://www.wat.tv/video/deputes-sont-incompetents-1gwch_ovzl_.html

[6] Franck Louvrier - Tribune dans le monde :
http://www.lemonde.fr/opinions/article/2009/08/21/internet-et-son-potent...

[7] Le projet de loi Hadopi va coûter cher, très cher selon les FAI
http://www.pcinpact.com/actu/news/50785-hadopi-budget-fai-ftt-millions.htm

[8] « N’importe quel internaute peut être accusé de piratage (et condamné à payer une amende ou à voir son accès Internet coupé) et faire accuser n’importe qui de piratage. »
http://www.ecrans.fr/Surveillance-du-p2p,4312.htm

Le scandale du licenciement de Jérôme Bourreau-Guggenheim de chez TF1 illustre bien, d'ailleurs, cette collusion politique/médias/marchands...

Petite piqûre de rappel :



en guise de « sanction », le « collaborateur en question », Christophe Tardieu, a d'ailleurs été nommé président du conseil d'administration du centre national de la danse, par décret du Président de la République du 26 août 2009 (voir ici)... Jérôme, quant à lui, n'a toujours pas de boulot...

When you're evil...

jeudi 27 août 2009

Is this real life ?

Voici une vidéo proprement hilarante - qui a bien entendu fait le tour du web - d'un garçon de 7 ans, prénommé David, qui sort de chez le dentiste un peu « altéré » par le produit anesthésiant.




----------------
Now playing: Epica - Presto
via FoxyTunes

jeudi 6 août 2009

The Miskolc Experience

Je me suis acheté récemment deux concerts live ayant eu lieu dans le cadre du festival d'Opera de Miskolc (Hongrie) et qui m'ont particulièrement enthousiasmé.
Le premier que j'ai acheté est celui d'Epica, intitulé The Classical Conspiracy (référence à leur dernier album en date, The Divine Conspiracy. Un excellent disque, mettant très bien en valeur les chansons du groupe mais aussi contenant de bonnes interprétations de quelques morceaux classiques (Dies Irae de Mozart, In the Hall of The Mountain King de Grieg, Roméo et Juliette...) ainsi que des B.O. de films (Spiderman, La marche impériale de la guerre des étoiles...). Pour cette prestation enregistrée à l'été 2008, la démarche est assez classique à mon sens dans le sens où l'orchestre accompagne clairement le groupe. Ça n'enlève rien à la valeur de ce concert, vraiment excellent à tous points de vue. Je le conseille à tous ceux qui aiment le (bon) métal symphonique.
Toutefois ceci n'est rien par rapport à la véritable gifle que j'ai reçue en écoutant (et visionnant, DVD bonus oblige) la prestation de Therion lors du même festival un an plus tôt. Sur cet album intitulé The Miskolc Experience (contenant 2 CD et 1 DVD), le groupe va beaucoup plus loin dans sa démarche en intégrant vraiment le monde de la musique classique avec des interprétations vraiment parfaites et puissantes de Dvorak (la symphonie du nouveau monde), Verdi, Mozart (Dies Irae, également interprété par Epica), Camille Saint-Saens et surtout quatre morceaux de Wagner. Parmi ceux-ci, l'avant-dernier, intitulé Der Tag ist Da est un modèle de puissance et de mélodie, inoubliable. Le tout est joué avec beaucoup de rigueur (et ce n'est vraiment pas chose facile avec tous les changements de rythme, toutes les interruptions inhabituelles pour un groupe de métal ou de rock) et d'humilité par le groupe.
Ceci constitue la première partie du concert, avec également en tout premier titre une version « classique » de Clavicula Nox, un peu en retrait par rapport au reste du concert.
La seconde partie est constituée de chansons de Therion jouées avec l'aide de l'orchestre mais aussi d'une soliste locale, de Lorie Lewis et Matts Leven (chanteurs de sessions qui participaient déjà au Live Gothic) et de nombreux choeurs.
[À ce propos, je vous propose un jeu des 7 erreurs entre les tenues vestimentaires utilisées par le groupe et les chanteurs sur le Live Gothic et sur The Miskolc Expérience :) ]
Le moins que l'on puisse dire est que ces chansons par ailleurs déjà excellente sur album prennent véritablement une autre dimension sur cette scène. Le choix des titres est minutieux, l'interprétation est irréprochable : ça commence par un Blood of Kingu sur lequel Matts fait une première intervention au chant, suivi d'un Sirius B, instrumental lugubre à souhait avec tous ces cors très graves, puis un émouvant Lemuria où Matts s'essaie - avec bonheur - à la guitare en plus du chant.
Arrive ensuite un Eternal Return débutant avec d'impressionnants choeurs avant de poursuivre par un riff qui ne peut qu'évoquer les classiques d'Iron Maiden avec une harmonie à deux guitares. Ensuite c'est l'un des morceaux les plus impressionants de cette partie, Draconian Trilogy (extrait de l'album Vovin, particulièrement représenté), avec ses 8 minutes 37 au compteur, alternant passages lugubres et épiques et s'achevant sur un final tout en délicatesse. On y apprécie notamment la performance vocale des deux solistes et violonistes.
Arrivent ensuite Schwartsalbenheim, plus habituel dans sa structure, et Via Nocturna. Un Rise Of Sodom And Gomorrah un poil en dessous du reste du concert et c'est un Grand Finale qui conclut le concert de manière parfaite, instrumental à la fois mélodique, énergique et subtil.
Bref, un concert que tout amateur de métal symphonique se doit d'avoir écouté (et si possible regardé) au moins une fois dans sa vie.
À quand de la musique de cette qualité à la télé ?....... Je vous laisse avec quelques extraits trouvés sur Youtube... Attention cependant, il s'agit surtout d'enregistrement « live », la version CD/DVD est bien meilleure...

Voici d'abord le « Der Tag ist Da » :


Puis le « Grand Finale » :


D'autres vidéos sont disponibles sur Youtube en cliquant ici.


----------------
Now playing: Therion - Grand finale - The Miskolc Experience
via FoxyTunes

mardi 4 août 2009

Free Bird

Voici juste pour le plaisir une chanson de Lynyrd Skynyrd qui date de 1973 (elle apparaît sur l'album « (pronounced 'lĕh-'nérd 'skin-'nérd) » ) et qui se démarque surtout par son superbe solo final.

samedi 1 août 2009

Emails from Crazy People

Voici un site complètement irrésistible pour ceux que la langue de Shakespeare ne rebute pas... Il s'agit d'une magnifique collection d'emails écrits par des gens un peu cinglés. Ça va du doux-dingue qui a une lubie au type complètement frappadingue imbu de sa personne.

Il y a aussi des spécialistes, sous le pseudo David Thorne, capables de semer l'air de rien une confusion terrible et hilarante chez leurs interlocuteurs. Voir ici l'histoire, qui a fait le tour de l'internet, du gars qui tente de payer une facture avec un dessin d'araignée, qu'il évalue lui-même au montant de sa dette, ou encore où un autre (?) s'invite à la pendaison de crémaillère de son voisin.

Outre EmailsFromCrazyPeople, la même équipe édite également les excellents Failblog (les meilleurs « échecs » et autres moments de honte) et RoflRazzi (détournement d'images insolites (ou pas) par des légendes (in)appropriées).

----------------
Now playing: Uriah Heep - Lady in Black
via FoxyTunes

mercredi 24 juin 2009

Paradoxal...

Ce qui suit est un classique amusant de la théorie des ensembles, connu sous le nom de paradoxe de Berry.

Soit E l'ensemble des entiers naturels que l'on peut définir (sous-entendu de manière non ambiguë) à l'aide d'une phrase française d'au plus 100 lettres.

Ceci a-t-il bien un sens ? Autrement dit, cet ensemble E est-il correctement défini ?

Supposons que ce soit le cas. Le nombre de phrases (ayant un sens ou pas, peu importe) que l'on peut former avec 100 lettres est nécessairement fini. En effet, ces phrases sont au nombre de 26100+2699+2698+...+262+26. En effet, j'ajoute le nombre de phrases constituées d'exactement 100 lettres (26 possibilités pour chacune de ces lettres), à celles contenant exactement 99 lettres, puis 98, etc. jusqu'aux « phrases » ne contenant qu'une lettre (26 possibilités pour cette unique lettre).¹

Bref, c'est un très grand nombre, mais c'est fini. En particulier, E est un sous-ensemble fini de l'ensemble N des entiers naturels, le complémentaire de E dans N est donc non vide (puisque N est infini) et contient donc un plus petit élément n (propriété fondamentale des entiers naturels : toute partie non vide de N admet un plus petit élément).

J'insiste, ce n appartient au complémentaire de E dans N, il n'appartient donc pas à E.

Ainsi, par définition de E, « n est le plus petit entier naturel qu'on ne peut décrire avec cent lettres ».

Or, ce que je viens d'écrire entre guillemets est une phrase de moins de 100 lettres définissant n. Ce n appartient donc à E. Contradiction !

Alors, où se trouve le problème dans ce raisonnement ? Donnez votre réponse dans les commentaires ;)

Des présentations remarquables de clarté sur la théorie des ensembles, sujet difficile s'il en est, et ses derniers développements (au sujet de la fameuse hypothèse du continu notamment) sont disponibles sur la page personnelle de Patrick Dehornoy.


¹ En réalité il faudrait aussi tenir compte de la ponctuation, des espaces, des accents... Mais ça ne change pas fondamentalement le raisonnement.

dimanche 21 juin 2009

Citation du jour 2

La différence en termes simples (et logiques) :
« Un TGV c'est un TER qui va vite, et un TER c'est un TGV qui roule pas vite ».
-- Victor, 4 ans.

----------------
Now playing: Epica - Adagio
via FoxyTunes

samedi 6 juin 2009

Ajuste ID3

Voici un petit script sans aucune prétention que j'ai écrit pour moi mais qui pourrait être utile à d'autres. D'abord je plante le décor.

Tous les mois j'achète le magasine Rock Hard et leur sampler est souvent truffé de morceaux bien sympathiques permettant de découvrir plein de groupes - j'ai ainsi découvert il y a des années Finntroll, Ayreon, Delain, Spock's Beard, etc.

Évidemment c'est très éclectique et tout n'est pas à mon goût. Je fais donc des sélections, que je grave ensuite sur un CD constitué de fichiers MP3 pour la voiture. L'autoradio de celle-ci est capable d'extraire les informations des tags ID3 telles que le nom de l'artiste et le nom du morceau pour l'affichage, il s'agit donc d'avoir des informations propres.

Pour créer mes fichiers MP3 à partir des CD de Rock Hard, j'utilise l'excellent logiciel (libre) CDEx qui produit effectivement des tags ID3. Le seul souci est que lors de l'extraction d'un album, CDEx considère que l'ensemble des pistes ont le même artiste, ce qui n'est évidemment pas le cas pour une compilation.

Voici comment j'ai contourné ce problème. Pour le nom des fichiers dans CDEx (menu outils, configuration, onglet « nom des fichiers »), j'ai utilisé le modèle "%1 - %2\%7 %4", ce qui signifie que les fichiers produits sont du type "«artiste» - «album»\«numéro» «titre».mp3". Pour une compilation, j'utilise donc dans CDEx une syntaxe du type "«artiste» : «titre»" (attention aux espaces de part et d'autre des deux points). Les deux points étant interdits dans un nom de fichier, CDEx produit ainsi des fichiers nommés "«numéro» «artiste» _ «titre».mp3". J'ai pas dit, avec le modèle ci-dessus le numéro de piste est un nombre à deux chiffres, systématiquement.

« Y'a plus qu'à » passer derrière un utilitaire qui se charge de régler correctement le tag ID3 de chaque fichier mp3 en se basant sur le format du nom de fichier. Bizarrement, on trouve énormément d'utilitaires capables de faire le contraire, mais pas dans ce sens-là.

Qu'à cela ne tienne, voici une solution, à adapter à vos propres besoins, pour avoir des tags tous propres.
  1. Téléchargez le logiciel « ID3 » ici. Il s'agit d'un utilitaire en ligne de commande qui réalise les modifications demandées dans les fichiers MP3 et qui sera piloté par le script qui suit.
  2. Installez le logiciel ID3 (l'exécutable suffit) dans un dossier quelconque. Vous pouvez le mettre soit dans le même dossier que les fichiers MP3 et le script, ou bien quelque part sur votre système, du moment que la variable d'environnement PATH indique où le trouver

    Sous windows XP, pour modifier PATH : appuyer sur les touches Windows-Pause, onglet « avancé », bouton « Variables d'environnement », repérer « PATH » dans la liste du bas, la modifier pour y inclure le chemin du nouveau dossier précédé par un point-virgule (fait office de séparateur).
  3. Téléchargez le petit script que voici : AjusteID3.vbs (clic droit sur le lien, menu « Enregistrer sous »). Ce programme cherche tous les fichiers MP3 et cherche à en extraire le nom de l'artiste et le titre de la chanson à partir uniquement du nom de fichier, en découpant le nom de part et d'autre de " _ ". Si le modèle n'est pas le bon, le fichier est simplement ignoré. Si ça correspond, les trois premiers caractères (le numéro de la piste et l'espace qui suit) sont supprimés du nom de l'artiste. Le logiciel ID3 est alors appelé pour régler le tag ID3 correctement.
  4. Copiez le fichier que vous venez de télécharger dans le dossier où se trouvent vos MP3.
  5. Double-cliquez sur l'icône de ce fichier AjusteID3.vbs pour lancer le programme. Les opérations commencent, et un fichier rapport.txt est créé, détaillant la liste des fichiers traités, et les problèmes éventuels.
J'ai écrit et testé ce script pour mes propres besoins, il est évident que je décline toute responsabilité si quelque chose allait de travers ! Faites des sauvegardes de vos fichiers !

Tout suggestion/remarque/critique constructive est la bienvenue :)

dimanche 31 mai 2009

Iron

Chrome est un navigateur internet signé Google qui, outre une légèreté et une rapidité surprenantes, se caractérise par l'omniprésence de ladite société et son appétit d'informations personnelles. Beaucoup de données relatives à votre utilisation du logiciel (sites visités, recherches effectuées, durée d'utilisation du logiciel, etc. - il y a même un identifiant unique créé lors de l'installation !) sont envoyées sans autres forme de procès à « la pieuvre ».
Google a également diffusé Chromium, le pendant libre de Chrome (ce dernier est gratuit mais pas libre). Une société en a profité pour récupérer le code source de Chromium et le débarrasser de toutes ces « fonctionnalités » curieuses.
Le résultat est Iron, un navigateur au moins aussi rapide que Chrome, peut-être un tout petit peu moins convivial que Chrome (pas de suggestion de site au fur et à mesure de la frappe au clavier) mais aussi plus rassurant.
C'est libre, gratuit, open-source et disponible ici.

----------------
Now playing: Lacrimas Profundere : My Velvet Little Darkness
via FoxyTunes